Mises en garde : Huiles essentielles contre-indiquées pour certains cas !!

Huiles provoquant des convulsions chez les personnes sujettes aux crises d’épilepsie :

  • Thuja plicata – Cèdre de l’ouest
  • Artemisia absinthium – Absinthe
  • Artemisia genipi – Génépi
  • Hyssopus officinalis – Hysope
  • Salvia officinalis – Sauge
  • Thuja occidentalis – Thuja occidental
  • Mentha pulegium – Menthe pouliot
  • Agathosma betulina – Buchu
  • Calamintha – Calament
  • Tanacetum vulgare – Tanaisie
  • Artemisia vulgaris – Armoise commune/citronnelle
  • Artemisia afra – Lanyana
  • Cinnamomum camphora – Ravintsara
  • Peumus boldus – Boldo
  • Gaultheria procumbens et Gaultheria fragrantissima – Gauthérie
  • Betula – Bouleau
  • Rosmarinus officinalis – Romarin
  • Achillea millefolium – Achillée millefeuille
  • Lavandula stoechas – Lavande papillon
  • Tanacetum parthenium – Grande camomille
  • Lavandula latifolia – Lavande aspic

Utilisation des huiles essentielles pendant la grossesse et l’allaitement :

Utilisez des dilutions très faibles (1%) ou demandez conseil à un professionnel de santé connaissant les huiles essentielles.

Une cinquantaine d’huiles essentielles sont proscrire, et une quinzaine à utiliser avec beaucoup de précautions pendant la grossesse. Les principales sont :

  • Pimpinella anisum – Anis
  • Betula – Bouleau
  • Nigella sativa – Nigelle
  • Daucus carota – Carotte
  • Cinnamomum zeylanicum – Cannelle, écorces
  • Callitris intratropica – Cyprès bleu
  • Foeniculum vulgare – Fenouil
  • Cinnamomim camphora – Ravintsara
  • Hyssopus officinalis – Hysope
  • Commiphora myrrha – Myrrhe
  • Lavandula stoechas – Lavande papillon
  • Origanum vulgare – Origan
  • Salvia officinalis – Sauge officinale
  • Salvia lavandulifolia – Sauge lavande
  • Gaultheria procumbens et Gautheria fragrantissima – Gauthérie

Pour les bébés et les jeunes enfants : 2 huiles à bannir

  • Betula – Bouleau
  • Gaultheria procumbens – Gaulthérie

Les personnes atteintes d’asthme, de problèmes respiratoires, d’allergies cutanées ou de réactions au parfum doivent prendre beaucoup de précautions avec l’utilisation des huiles essentielles.

Pour les personnes atteintes de cancer : les huiles essentielles sont à éviter une semaine à un mois après une chimiothérapie ou raiothérapie, à cause des effets indésirables qu’elles peuvent provoquer sur le système immunitaire.

Les huiles dermocaustiques ou phototoxiques qui peuvent provoquer des brûlures sévères sur une peau exposée au soleil, dans les 18 heures qui suivent l’application, il faut éviter toutes les huiles extrairtes de zestes :

  • Citrus bergamia – Bergamote
  • Citrus limon – Citron
  • Citrus paradisii – Pamplemousse
  • Citrus aurantia – Orange
  • Citrus reticula – Mandarine
  • Citrus latifolia – Citron vert
  • Angelica archangelica – Angélique
  • Lauris nobilis – Laurier noble
  • Cuminum cyminum – Cumin

Evitez tout contact avec les yeux, oreilles et autres orifices et muqueuses. En cas de contact, nettoyez à l’eau claire, lavez vos mains avec du saon et de l’eau, puis appliquez une huile végétale pendant quelques minutes, à l’aide d’un mouchoir.

Les 7 critères important pour choisir les huiles essentielles !

Plusieurs critères sont nécessaires pour choisir une huile essentielle de qualité. L’idéal est de connaître les producteurs et distillateurs, sinon d’avoir le maximum d’informations ( origines, dates, méthodes) grâce à des revendeurs honnêtes et sérieux. Vous devez être ainsi capable d’obtenir les informations suivantes (sur l’étiquette ou auprès du vendeur) :

  1. Le nom botanique de la plante en latin
  2. Le pays d’origine de la plante
  3. La partie distillée
  4. La date de distillation et date de péremption
  5. La mention 100% naturelle et pure
  6. Le prix
  7. Votre goût
  1. De nombreuses espèces botaniques existent pour une même plante, et elles n’ont pas toutes les mêmes propriétés. En plus du nom latin, vous constaterez aussi l’ajout des lettres ct. Il s’agit du chémotype : le composant majoritaire de l’huile servant à identifier une plante par rapport à une autre, du genre et de la même espèce.
  2. Les composants biochimiques changeront selon le lieu de culture de la plante.
  3. L’effet de l’huile, et même sa qualité, dépend de la partie de la plante qui est distillée.
  4. Les essences d’argrumes ont une durée de vie très courte (un an environ), alors que les huiles essentielles de racines et de bois se gardent bien plus longtemps et peuvent s’améliorer avec le temps.
  5. Privilégiez les huiles issues d’une production biologique, surtout quand elles viennent de plantes sauvages. Il est important d’avoir une origine claire de la part du revendeur ou du distillateur.
  6. Les huiles essentielles de qualité ne peuvent pas être bon marché vu le temps, le savoir-faire et la quantité de plantes nécessaires à l’obtention de petites quantités d’huiles (par exemple pour 1 kg d’huile essentielle de Rosa Damascena (Rose de Damas) il faut environ 4000 kg de roses).
  7. Enfin, quand vous le pouvez, humez l’huile avant de l’acheter. Inutile de la mettre sous votre nez, vous sentirez son parfum à 15 ou même 20 cm de vos narines.

Conservation des huiles essentielles

Pour augmenter la durée de vie, conservez toujours les huiles dans un endroit à l’abri de la lumière et de la chaleur, et évitez d’ouvrir le flacon pour limiter l’oxydation.

Ce phénomène de détérioration de l’huile, se produits lorsque l’oxygène, la lumière ou la chaleur entrent en contact avec l’huile essentielle. L’oxydation peut rendre une huile irritante pour la peau. Elle intervient naturellement après une période de un à trois ans pour les huiles contenant une majorité de monoterpènes, d’oxydes et de phénols, et plus lentement pour les autres familles chimiques.

Les huiles essentielles

Une huile essentielle est une substance fortement aromatique, présente dans les cellules de certaines plantes. Cette substance, appelée « essence », lorsqu’elle est encore plante, prend le nom d' »huile essentielle » après distillation. Les plantes s’en servent pour se protéger des prédateurs, attirer les insectes pollinisateurs, et pour toute sorte d’autres raisons qui nous échappent encore.

Il existe aujourd’hui entre 200 à 300 huiles essentielles, utilisées dans le monde entier. La forte industrialisation initiée au XIXe siècle, et poursuivie au XXe siècle, a permis à l’Homme de faire de grandes découvertes, dans de nombreux domaines, et notamment d’améliorer sa manière de vivre et de travailler. Cependant, tous ces progrès l’ont aussi peu à peu éloigné de son rapport quotidien à la nature.

L’enthousiasme actuel grandissant pour les huiles essentielles s’explique par ce besoin, presque primaire, de se reconnecter avec l’environnement, et de redécouvrir les vertus étonnantes des remèdes naturels. Cet attrait ravive aussi le lien qui nous relie au végétal et au minéral.

Les huiles essentielles sont obtenues à partir de la distillation de certaines parties de la plante ou de la plante toute entière. Cette extraction se fait à l’aide d’un alambic, le plus souvent en cuivre ou en inox. La forme de distillation la plus courante est la distillation à la vapeur d’eau. L’avantage indéniable des huiles essentielles est leur parfum. C’est cet « arôme » qui donnera le terme « aromathérapie » au XXe siècle.

L’utilisation des huiles essentielles remonte à plusieurs milliers d’années avant J.-C.. Comme pour le vin est le thé, elles existent aujourd’hui grâce à l’Homme. Ce dernier a pris le temps de comprendre la plante, de savoir où et comment elle poussait, de déterminer quand la cueillir, comment l’utiliser et la transformer par un processus de distillation.

L’Aromathérapie – Définition

L’aromathérapie est un terme très récent, comparé à l’histoire millénaire de l’utilisation des plantes par l’Homme, puisqu’il date seulement du début du XXe siècle. Cette utilisation des huiles essentielles à des fins thérapeutiques se base sur une compréhension approfondie de chacune d’entres elles, à partir de l’histoire, de la plante et de sa composition chimique.

Plusieurs méthodes d’utilisation existent : certaines privilégient l’aspect chimique (tradition en France à partir du XXe siècle) ; d’autres, l’aspect cométique et bien-être (tradition en Angleterre), ou encore énergétique (Suisse et ailleurs).

L’aromathérapie est en fait, l’utilisation des huiles essentielles dans un but thérapeutique. Mêlées à des siècles d’histoire de la parfumerie, les huiles essentielles ont des propriétés étonnantes à différents niveaux (physique, mental, psychologique, émotionnel et spirituel). Qu’elles soient inhalées à partir d’un flacon, diffusées dans l’air, ou diluées avec de l’huile et appliquées sur la peau, elles offrent généralement une sensation agréable.